15 mai 2011

Une vie de Pintade à Berlin – Hélène Kohl

Lu dans le cadre du partenariat Livraddict et Calmann-Lévy

une_pintade___Berlin Calmann-Lévy – mars 2011 – 384 pages

illustrations de Sanaa Kassou

Quatrième de couverture :
Berlin, capitale de l’Allemagne et de l’Europe, capitale de la fête, capitale de la liberté… Berlin où l’on vient tour à tour s’encanailler et s’inspirer, une ville qui n’en finit pas de connaître des transitions. En huit chapitres décoiffants, Une vie de Pintade à Berlin vous guidera dans ses coulisses féminines, avec carnet d’adresses pointu et radioscopie en profondeur des habitants.
Féministes et indépendantes, rebelles et libertaires, les Berlinoises portent leur ville chevillée au corps. Elles sont DJettes, designers, actrices porno-lesbiennes, éternelles adolescentes ou mères de famille. Elles sont naturelles, sans fards, sans artifices. La mode est d’abord pratique pour elles, qui filent sur leurs vélos le long de la Spree. Leurs cafés sont légendaires, leurs brunchs dominicaux, incontournables, leurs saucisses, mythiques, et leurs saunas, indispensables.
Qu’on ne vienne pas leur dire qu’à Berlin l’hiver est trop long : les salles de vapeur sont là pour réchauffer les corps, les marchés de Noël pour réchauffer les cœurs et, pour se réchauffer les sangs, les Pintades berlinoises savent faire la fête jusqu’au bout de la nuit.
Que vous soyez Berlinoise pour un week-end, une année ou une vie, Une vie de Pintade à Berlin vous montrera le chemin des plaisirs teutons. Afin que vous aussi puissiez dire : « Ich bin eine Berlinerin. »

Auteur : Hélène Kohl, 31 ans, vit et travaille à Berlin depuis 2003. Des crues du Rhin aux variations du Dax, en passant par les exploits de la Mannschaft et la cote de popularité de la chancelière, elle couvre l'actualité allemande pour Europe 1, LCI, Le Journal du dimanche et Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Elle a obtenu le Prix franco-allemand du journalisme en 2007.

Mon avis : (lu en mai 2011)
Lorsque Livraddict a proposé ce partenariat avec Calmann-Lévy, j'étais assez curieuse de découvrir Berlin à travers cette collection "une vie de pintade"... J'ai souvent entendu l'auteur à la radio et c'est cela aussi qui m'a incitée à postuler pour ce livre.
Tout d'abord, je ne m'attendais pas à un livre aussi épais... Je l'ai d'abord feuilleté comme un guide avant de le lire vraiment de la première à la dernière page !
Le principe de la collection, c'est un guide-découverte d'une capitale à travers le regard d'une femme journaliste et qui raconte le quotidien, les habitudes et les spécificités des femmes dans cette capitale.
« Une vie de Pintade à Berlin » est divisé en 8 chapitres, chacun étant consacré à un sujet particulier : les sorties, la mode, les femmes indépendantes, la cuisine, les enfants...
A la fin de chaque chapitre, nous trouvons un carnet d'adresses utiles comme dans tout bon guide.
Berlin est une ville où les femmes tiennent une place particulière. Les hommes ont détruit Berlin, les femmes l'ont reconstruit. En effet, après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale ce sont les femmes qui ont déblayé les ruines brique après brique et reconstruit la ville. «Je n'ai pas peur.» Voilà la devise des Berlinoises.
La mode c'est « pratique et confortable avant tout », le look « billig » (bon marché) est légion, « beaucoup de vintage, pas mal de fait maison... Surtout ne pas ressembler aux autres. »
« Toute la ville n'est que récup... » « Les Berlinoises ont toujours été des as de la débrouille, des magiciennes qui transforment du vieux en neuf. » Elles organisent même des Klamottentauschparty (fête de troc de fringues)...
Berlin est une ville débordante d'énergie, de créativité, c'est une ville d'artistes en tous genres...
La Berlinoise pratique le FKK, Freikörperkultur « la culture du corps libre », c'est une philosophie de vie. La nudité ne les gêne pas et la Berlinoise assume son âge.
« Le vélo est un accessoire indispensable à la vie de toute Berlinoise qui se respecte. » La superficie de la ville est huit fois celle de Paris, et c'est un mode de transport parfaitement écolo ! Et ni la pluie, ni le froid n'arrêtent les cyclistes.
Il n'existe pas vraiment de cuisine berlinoise... « la cuisine de Berlin, c'est le mélange « multikulti ».

Un peu effrayé par l'épaisseur du livre, je l'ai finalement lu très facilement, c'est un mélange d'informations et d'anecdotes croustillantes. Hélène Kohl a payé de sa personne pour tester de nombreux lieux et activités répertoriés dans ce livre... C'est vraiment très documenté et très complet.
J'ai pris beaucoup de plaisir durant cette balade au féminin dans Berlin, les Berlinoises sont authentiques, anticonformistes très différentes des Françaises mais très attachantes.
Cela m'a vraiment donnée envie d'aller découvrir par moi-même Berlin et les Berlinoises...

Même si ce livre semble plutôt destiné aux femmes, je pense que les hommes seront également intéressés de découvrir ces « Portraits piquants des Berlinoises »...

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Calmann-Lévy de m'avoir permis de passer un très bon moment avec ce livre.

 

Extrait : (Introduction)
« Pour faire le portrait d'un oiseau, peindre d'abord une cage. » Jacques Prévert aurait eu tout faux à Berlin. C'est bien en liberté, toutes plumes au vent, qu'il faut saisir la pintade des bords de Spree. Un siècle de dictature derrière elle, alors la Berlinoise, maintenant, elle veut de l'air, de la tolérance, de la folie même.
Pour croquer la volière de Berlin, il faut de l'énergie. Ma traque dure depuis 2003 déjà. Et, pour mon plus grand bonheur, le safari sociologique se poursuit encore et toujours, dans une métropole huit fois plus vaste que Paris. Où aurai-je la meilleure prise de vue ? Sous des tonnes de débardeurs en textile synthétique, avec la basse-cour des quartiers d'immigrés, dans ces friperies bon marché où jeunes Turques, Libanaises et Iraniennes cherchent le chèche assorti à leur manucure ? Ou bien au-delà de la ligne de S-Bahn qui encercle le centre, vers le grand Est où 40% des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Dans un café branchouille pour un brunch au mousseux avec des jeunes libérales qui méprisent les artistes paresseux du nouveau Berlin et ont bien l'intention de faire de cette cité aux 60 milliards d'euros de dettes une ville enfin rentable ? Ou dans une manifestation, avec cette faune colorée et cosmopolite – vieilles hippies, altermondialistes de 20 ans avec des dreads et des percings, bataillons de féministes sans soutien-gorge et les cheveux en brosse – qui tente de sauver les squats, les bars illégaux et les villages de roulottes où l'on vit en communauté au coeur de la capitale du pays le plus riche d'Europe ?
Venez ! L'aventure est alléchante ! Berlin passe actuellement pour être l'eldorado des nuits sans fin, Babylone joyeuse des fêtes éternelles. Je vous promets des rencontres décoiffantes : une femme fontaine en action, une DJ à peine sortie du lit, une lesbienne reine des bigoudis... On pourrait même se prendre au jeu d'expériences extrêmes : laisser son bikini au vestiaire du sauna, croire (ne serait-ce qu'une minute) qu'on va pouvoir accoucher sans péridurale, encourager un club de foot de métallos, être prête à donner sa tunique Kaviar Gauche (celle pour laquelle on a tant compté ses sous) pour séduire un videur tatoué... Car cette saison, c'est chez lui qu'il faut danser ; demain, au gré des rachats immobiliers, des destructions d'usines, des réhabilitations d'espaces, il faudra peut-être aller danser ailleurs. Berlin est une ville mouvante qui n'en finit pas de se réorganiser, de se chercher, de redéfinir ses contours...

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC
logo_challenge_Petit_BAC
"Géographie" et "Animal"

 

Posté par aproposdelivres à 07:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,