le_pingouin_ le_pingouin_p  le_pingouin

Liana Levi – mars 2000 – 276 pages

Points – avril 2004 – 288 pages

Liana Levi - avril 2005 – 273 pages

traduit du russe par Nathalie Amargier

Quatrième de couverture :
A Kiev, Victor Zolotarev, journaliste au chômage, et son pingouin dépressif Micha, rescapé du zoo, tentent péniblement de survivre. Lorsque le patron d'un grand quotidien offre à Victor d'écrire les nécrologies de personnalités pourtant bien en vie, celui-ci saute sur l'occasion. Mais un beau jour, ces « petites croix » se mettent à disparaître à une vitesse alarmante... Crimes commandités par la mafia ou règlements de comptes politiques ?

Auteur : Écrivain ukrainien de langue russe né en 1961, Andreï Kourkov vit actuellement à Kiev. Très doué pour les langues étrangères – il en parle neuf – , il commence sa carrière littéraire pendant son service militaire où il est gardien de prison à Odessa, l’emploi idéal pour écrire… Son premier roman paraît en 1991, mais c’est avec Le Pingouin, paru en 2000, qu’il remporte un succès international.

Mon avis : (lu en janvier 2011)
Il y a quelques semaines, je découvrais « Les pingouins n'ont jamais froid » et lorsque j'ai vu à la bibliothèque que « Le Pingouin » était disponible, je me suis empressée de l'emprunter pour découvrir le début de l'histoire de Victor et de son pingouin Micha...
Victor est un personnage touchant et naïf, il se retrouve au centre d'histoires mafieuses depuis qu'il a accepté de rédiger des nécrologies, « des petites croix » pour le journal la Stolitchnaïa (les Nouvelles de la Capitale). Son animal de compagnie est un pingouin dépressif et maladif qui supporte mal le climat de Kiev qu'il a adopté, le zoo de la ville ne pouvant plus nourrir ses animaux. Ce livre se lit très facilement car il y a 76 chapitres pour 270 pages... C'est plein d'humour, de situations parfois cocasses ou dangereuses...
A travers ce roman décalé et un peu loufoque, le lecteur découvre la réalité sombre et anarchique de l'Ukraine ancien état de Union Soviétique.
Je me suis vraiment bien amusée à suivre les aventures de Victor et Micha !

Extrait : (page 181)
Le dégel était de retour. Début mars, il était plus que temps.

Victor attendait la belle saison, comme si la chaleur allait résoudre tous ses problèmes. Pourtant, lorsqu’il y pensait, il comprenait bien qu’il n’avait pas de réels ennuis. Il lui restait de l’argent, d’autant plus que son chef l’avait inopinément remboursé à l’aide du mystérieux « service postal nocturne » ; dans l’armoire, le sac qui contenait le pistolet recelait aussi une jolie liasse de billets verts, et même s’ils étaient à Sonia, il estimait, en tant que tuteur non officiel, avoir un droit moral sur une partie de ces dollars. Nina continuait à s’occuper de la petite du matin au soir, à la maison ou dehors, laissant Victor seul avec lui-même. Les nuits les réunissaient, et tout en sachant que ce n’était ni de l’amour, ni de la passion, il attendait que vienne le soir, son corps et ses mains l’attendaient. Pendant qu’il l’enlaçait, la caressait et faisait l’amour avec elle, il oubliait tout. La chaleur de sa peau lui semblait être ce printemps qu’il espérait avec impatience. Au milieu de la nuit, lorsqu’elle était plongée dans le sommeil, respirant avec un bruit discret, il gardait les yeux ouverts, empreint du sentiment étrange et douillet d’une vie bien ordonnée. Il pensait alors qu’il avait tout ce qu’il faut pour mener une existence normale : une femme, un enfant, un animal de compagnie. La fusion de ces quatre éléments restait artificielle, il en était conscient, mais rejetait cette idée au profit de son bien-être et de cette illusion provisoire de bonheur. Et de fait, peut-être que ce bonheur n’était pas aussi illusoire que le bon sens matinal de Victor l’affirmait. En tout cas, la nuit, il se fichait de ses réflexions du matin. La simple succession de la béatitude nocturne et du retour sur terre au réveil, la simple pérennité de cette succession semblaient démontrer qu’il était à la fois heureux et lucide. Donc tout allait bien, et la vie valait la peine d’être vécue.

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Ukraine

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC
logo_challenge_Petit_BAC
"Animal"