coup_coeur_voh1

dis_oui_ninon dis_oui_ninon_p

Stock – mars 2009 - 247 pages

J'ai lu - mai 2010 - 221 pages

Quatrième de couverture :
« - T'as passé une bonne semaine ? Je ne sais pas quoi dire. Si je dis oui, il va être triste, ça voudrait dire que je me passe bien de lui et que L'autre n'est pas si mal. Si je dis non, il sera très en colère contre Zélie et L'autre parce que je suis malheureuse à cause d'eux. Je dis : - Moyen. »
À neuf ans, Ninon observe le monde avec malice et se moque des idées toutes faites. Quand ses parents se séparent, elle choisit la vie de bohème avec son père, Fred. Ensemble, ils construisent une maison de bric et de broc, traient leurs chèvres, vendent leurs produits au marché, oublient l'école et Mme Kaffe, l'assistante sociale...

« Tout y est frais, naturel, juste... C'est un bonbon acidulé au goût d'enfance immémoriale. » ¤ Madame Figaro

« Ceux qui aiment les récits à la Pennac, et tous les grands enfants qui n'aiment pas grandir diront oui à Ninon ! » ¤ Elle

Auteur : Maud Lethielleux est musicienne et metteur en scène. Elle a parcouru le monde, de l'Asie à la Nouvelle-Zélande. Dis oui, Ninon est son premier roman.

Mon avis : (lu en novembre 2010)
Ce livre est un très beau moment d'émotion. Ninon est une petite fille attachante, elle a 9 ans et beaucoup de candeur. Ses parents sont séparés, son père est un écologiste convaincu qui élèvent des chèvres. Sa vie n'est pas toujours agréable, mais elle a choisi de rester avec son père pour l'aider à construire sa maison. Sa maman, Zélie est partie avec « l'Autre » et Agathe sa petite sœur. C'est Ninon qui nous raconte sa drôle de vie entre une maman qui veut vivre normalement et un papa un peu marginal mais libre. Ninon dit ressembler à une guenon, elle voudrait devenir musicienne mais elle chante faux, elle sait traire les chèvres et fabriquer des fromages de chèvre. Ninon est pleine de sagesse, de poésie, de naïveté et d'humour. A découvrir !

En rendant ce livre à la bibliothèque, j'ai pu emprunter le deuxième roman de Maud Lethielleux "D'où je suis, je vois la lune" que je lirai prochainement...

Extrait : (page 15)
Le samedi après-midi, Zélie nous donnait le bain et nous mettait du sent bon. Une fois elle s’est maquillée mais Fred a dit quelque chose, elle a pleuré et le noir a coulé, alors elle a tout essuyé. Agathe voulait faire pareil. Moi j’ai dit comme Fred le mot rigolo qui fait le même son que quand on crache un noyau de cerise : Pute. Agathe a rigolé et elle a répété le mot en tournant sur elle-même. Moi aussi j’ai ri. J’aime bien les nouveaux mots. Ça me donne vraiment l’impression d’être une grande. Ce soir-là, Zélie était très triste. Quand elle est triste, elle pense à son père et elle dit que les hommes, c’est tous des pervers. Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, mais je la laisse se défouler avec les mots et après, elle me sourit comme si j’étais sa meilleure copine.
Pendant les fêtes, Fred et Zélie ont commencé à ne plus rire ensemble. Ils riaient contre eux.  Zélie restait dans la cuisine avec ses copines et Fred fumait sur le canapé et il ne rigolait pas du tout sauf quand elle s’approchait. Là, il chuchotait un truc tellement drôle que ses copains s’écroulaient par terre ou lui demandaient de répéter parce qu’ils n’étaient pas sûrs d’avoir compris et ma mère retournait dans la cuisine. Ou alors, c’était le contraire. Mais les filles étaient plus messe basse, elles riaient dès qu’il avait le dos tourné. Après, elles parlaient avec un air très sérieux qui ne laissait rien présager de bon.

Un peu plus tard, tout le monde s’est mélangé à nouveau. Les copains de Fred aimaient beaucoup discuter avec ma mère. C’était peut-être à cause du maquillage qu’elle avait décidé d’assumer. Et Fred, il a commencé à chanter des chansons d’amour avec sa guitare, les filles venaient l’écouter. Il s’installait dans une chambre ou une petite pièce éclairée d’une bougie.  La mélancolie lui allait bien.

C’est comme ça que tout a dégénéré. Un jour, Fred n’a pas voulu rentrer à la maison. Zélie nous a ramenées avec la voiture qu’elle ne savait pas bien conduire, son maquillage avait coulé et je lui ai dit :
― T’es belle avec ton noir de pute.
Agathe a ajouté que oui, elle était trop trop belle, la plus belle du monde. Et elle a dit le mot en riant très fort. Zélie  a mis les essuie-glaces, je lui ai dit qu’il ne pleuvait pas, elle a essuyé sa joue toute peinturlurée et on est rentrées. Ce soir-là, il faisait froid (Fred avait encore oublié de bourrer le poêle). On s’est couchées toutes les trois ensembles dans le grand lit et Agathe a murmuré :
― C’est bien quand il est pas là, Fred.
Zélie a eu l’air d’accord, elle nous a fait un énorme câlin. Quand on s’est réveillées, Fred dormait par terre, sur le tapis au pied du lit.

Mes parents sont très équitables, alors le samedi d’après, on est rentrées à la maison toutes seules avec Fred. Il n’a pas voulu dormir avec nous. Il nous a laissé le grand lit et il s’est assis devant la cheminée en fumant une roulée.

Cette nuit-là, ma mère a rencontré l’amour qui dure. Et elle n’a plus jamais été la même.