theodore_boone Oh ! Éditions - octobre 2010 – 268 pages

traduit de l'américain par Emmanuel Pailler

Quatrième de couverture :
Un meurtre parfait
Un témoin sans visage
Seul Theodore Boone connaît la vérité… mais il n’a que treize ans.

Theodore Boone a toujours rêvé de devenir avocat. À treize ans, il est d’ailleurs le conseiller juridique gratuit de ses camarades et même de ses professeurs ! C’est ainsi qu’il recueille bien malgré lui des éléments accablants dans le plus important procès pénal que sa ville ait connu, celui d’un notable jugé pour l’assassinat de sa femme. Theo, qui a juré le secret, ne peut ni parler ni laisser acquitter un meurtrier de sang-froid…

Avec Theodore Boone, enfant et justicier, John Grisham, maître incontesté du thriller judiciaire, auteur de best-sellers mondiaux tels que La Firme ou L’Affaire Pélican, entraîne une nouvelle génération de lecteurs dans une intrigue admirablement ficelée.

Auteur : Né à Jonesboro, Arkansas en 1955, après une enfance mouvementée dans le sud des États-Unis, John Grisham entre à l'université du Mississippi où il prépare un diplôme de sciences comptables et une licence en droit. Puis, pendant dix ans, il exerce la profession d'avocat, tout en écrivant à ses heures perdues. Il publie en 1989 son premier roman, 'Non coupable', mais c'est en 1991, avec 'La Firme', qu'il rencontre le succès. Depuis, des ouvrages comme 'L' Affaire Pélican '( 1992) , 'Le Couloir de la mort '(1994), 'Le Maître du jeu' (1996) ou 'L'Associé' (1999) ont contribué à en faire la figure de proue du 'legal thriller' américain. Mettant à profit son expérience du barreau, il nous dévoile les rouages du monde judiciaire, et aborde par ce biais les problèmes de fond de la société américaine. Aux États-Unis, où il représente un véritable phénomène éditorial, la vente de ses livres se compte en millions d'exemplaires, et ses droits d'adaptation font l'objet d'enchères faramineuses auprès des producteurs de cinéma - 'La Firme', 'L' Affaire Pélican'. .. S'inspirant toujours de ses expériences dans le milieu judiciaire, il publie encore 'L'Héritage' (2002), 'Le Dernier juré' (2004), 'Le Clandestin' ou encore 'L' Accusé' (2007). Plume talentueuse, John Grisham est l'un des auteurs les plus lus dans le monde.

Mon avis : (lu en novembre 2010)
Theodore Boone est un jeune garçon de treize ans qui se passionne pour les affaires judiciaires. Il hésite encore à devenir avocat comme ses parents ou juge. Il n'hésite pas à rendre service à ses camarades de classe en tant que conseiller juridique gratuit.
Le livre commence à la veille du procès de Pete Duffy, accusé du meurtre de son épouse Myra. Grâce à connaissance du juge Henry Gantry, Theodore a obtenu d'assister avec sa classe à la première journée d'audience du procès de Paul Duffy. Il est ravi. Mais lorsque quelques jours plus tard, il recueille le témoignage d’un clandestin, et qu'il détient alors des détails accablants il ne sait plus quoi faire car il a promis de ne rien dire...
Ce livre est bien un John Grisham, une bonne intrigue qui nous dévoile les dessous du monde judiciaire. Theodore Boone est un adolescent attachant, prêt à aider les autres. J'ai pris vraiment beaucoup plaisir à lire cette histoire.

Ce livre peut être lu « de 13 à 99 ans et au-delà... » nous informe la quatrième de couverture. Elle nous dit aussi que c'est la première aventure de Theodore Boone cela sous-entend que d'autres aventures sont prévues...

Un grand merci à Blog-O-Book et à Oh!Éditions pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

Extrait : (début du livre)
Théodore Boone, qui était fils unique, prenait son petit déjeuner tout seul. Son père, un avocat très occupé, avait l'habitude de partir chaque jour dès 7 heures et de retrouver des amis, toujours au même snack du centre-ville, pour échanger des nouvelles. La mère de Théo, elle aussi avocate et elle aussi très occupée, essayait de perdre cinq kilos depuis dix ans et s'était persuadée que son petit déjeuner devait se limiter à prendre un café en lisant le journal. Théodore mangeait donc seul dans la cuisine, céréales au lait froid et jus d'orange, un oeil sur la pendule. Chez les Boone, il y avait des pendules partout, preuve manifeste qu'ils étaient des gens organisés.
Théodore n'était pas entièrement seul. À côté de lui, son chien mangeait lui aussi. Juge était un bâtard parfait, dont l'âge et le pedigree resteraient à jamais un mystère. Théo l'avait sauvé de la mort in extremis, deux ans plus tôt, quand il était passé devant le tribunal des animaux pour la seconde fois - et Juge lui en était toujours reconnaissant. Il aimait les céréales, les mêmes que Théo, avec du lait entier, jamais de lait écrémé, qu'ils mangeaient ensemble en silence, tous les matins.
À 8 heures, Théo rinça les bols dans l'évier, remit le lait et le jus de fruits dans le frigo, alla jusqu'au bureau et embrassa la joue de sa mère.
- Je pars au collège.
- Tu as l'argent pour le déjeuner ?
Elle lui posait cette même question cinq matins par semaine.
- Comme toujours.
- Et tu as fini tes devoirs ?
- Tout est parfait, maman.
- Et je te vois quand ?
- Je passerai après les cours.
A la sortie du collège, Théo s'arrêtait toujours au bureau de sa mère, ce qui n'empêchait pas Mrs Boone de le lui demander tous les jours.
- Fais attention à toi, lui dit-elle, et rappelle-toi de sourire.
Cela faisait plus de deux ans que Théo portait un appareil dentaire dont il voulait désespérément se débarrasser. Et pendant ce temps, sa mère lui rappelait en permanence de sourire pour que le monde soit plus heureux.
- Mais je souris, m'man.
- Je t'aime, Teddy.
- Moi aussi, maman.

Livre 23/28 pour le Challenge du 4% littéraire 1pourcent2010