31 mai 2010

Delirium tremens – Ken Bruen

delirium_tremens_ delirium_tremens

Gallimard – novembre 2004 – 312 pages

Folio – juin 2006 – 383 pages

traduit de l’anglais (Irlande) par Jean Esch

Quatrième de couverture : Il n'y a pas de détectives privés en Irlande. Les habitants ne le supporteraient pas. Le concept frôle de trop près l'image haïe du mouchard. Jack Taylor le sait. Viré pour avoir écrasé sciemment son poing sur le visage d'un ministre, cet ancien flic a gardé sa veste de fonction et s'est installé dans un pub de Galway. Son bureau donne sur le comptoir. Il est chez lui, règle des broutilles, sirote des cafés noyés au brandy et les oublie à l'aide de Guinness. Il est fragile et dangereux. Une mère qui ne croit pas au suicide de sa fille de seize ans le supplie d'enquêter. " On l'a noyée " sont les mots qu'elle a entendus au téléphone, prononcés par un homme qui savait. De quoi ne plus dormir. Surtout si d'autres gamines ont subi le même sort. Surtout si la police classe tous les dossiers un par un...

Auteur : Ken Bruen est né en 1951 à Galway. Après une carrière qui le mène en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud, il crée les inspecteurs Roberts & Brant, puis le privé Jack Taylor dont Delirium Tremes est la première enquête. Son style incisif et la férocité désarmante de ses personnages l'ont d'emblée placé parmi les meilleurs d'une génération en passe de renouveler le roman noir anglo-saxon.

Mon avis : (lu en mai 2010)
J’avais fait connaissance avec Jack Taylor lors de sa troisième enquête Le Martyre des Magdalènes.
Comme le suggère le titre de ce livre, l'auteur nous donne une vision de l’Irlande un peu embrumée par les abus d’alcool... On découvre ce beau pays à travers le whisky et la Guiness. L'intrigue policière n'est pas l'essentiel, le personnage de Jack Taylor est le centre de ce polar. C’est un ancien policier devenu détective privé, il enquête sur le suicide suspect d’une adolescente. C’est un anti-héros attachant qui combat surtout pour résoudre ses problèmes et lutter contre son alcoolisme. Autour de lui gravite également une galerie de personnages remarquables.
L'écriture est vive, pleine d'humour et de dérision. Cette histoire est malgré tout pleine d'humanité. J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à suivre Jack Taylor. Et je compte bientôt retrouver Jack Taylor dans une nouvelle enquête…

Extrait : (début du livre)
Il est quasiment impossible de se faire renvoyer de la Garda Siochana. Il faut vraiment y mettre du sien. Tant que vous ne devenez pas un objet de honte, ils sont prêts à tolérer presque n'importe quoi.
J'avais atteint la limite. Plusieurs
Mises en garde
Avertissements
Dernières chances
Sursis
Et je ne m'améliorais toujours pas.
Je ne dessoulais pas non plus. Ne vous méprenez pas : les gardai et l'alcool entretiennent une vieille relation, presque amoureuse. A vrai dire, un garda abstinent est considéré avec méfiance, quand ce n'est pas avec une totale dérision, à l'intérieur et l'extérieur de la police.
Mon supérieur à la caserne de formation disait : « On aime tous boire une pinte. »
Hochements de tête et grognements chez les jeunes recrues. « Et le public aime qu'on aime ça. »
De mieux en mieux.
« Ce qu'ils n'aiment pas, c'est les canailles. »

Dix ans plus tard, j'en étais à mon troisième avertissement. Je fus convoqué devant un responsable, et on me conseilla de me faire aider.
- Les temps ont changé, mon gars. De nos jours, il existe des programmes de soins, des centres spécialisés, toutes sortes d'aides. Avoir un penchant pour la bouteille, c'est plus une honte. Là-bas, vous côtoierez le clergé et les politiciens.
J'avais envie de dire : - C'est censé me motiver ?
Mais j'y suis allé. Une fois libéré, je suis resté sobre pendant quelque temps, mais, petit à petit, je me suis remis à boire. 
Il est rare qu'un garda soit affecté chez lui, mais on estimait que ma ville natale me serait bénéfique.
Une mission un soir de février dans un froid mordant. Noir comme dans un four. Mise en place d'un contrôle de vitesse à la périphérie de la ville. Le sergent avait stipulé : « Je veux des résultats, pas d'exceptions. »
Mon collègue était un type de Roscommon nommé Clancy. D'un tempérament accommodant, il semblait ignorer mon alcoolisme. J'avais emporté une thermos de café, blindée au brandy. Tout se passait bien.
Trop bien.
C'était calme. L'info concernant notre emplacement s'était répandue. Les automobilistes respectaient la limitation de vitesse de manière suspecte. Clancy poussa un soupir et dit :
- Ils nous ont repérés.
- C'est sûr.
C'est alors qu'une Mercedes passa en trombe. Clancy s'exclama :
- Nom de Dieu !
J'enclenchais la marche avant et on démarra. Assis à la place du mort, Clancy dit :
- Ralentis, Jack. Vaut mieux laisser tomber.
- Hein ?
- La plaque... tu l'as vue ?
- Ouais, et alors ?
- C'est un type du gouvernement.
- C'est scandaleux !
Je fis beugler les sirènes, mais dix bonnes minutes s'écoulèrent avant que la Merco s'arrête. Au moment où j'ouvrais ma portière, Clancy me retint par le bras et dit :
- Un peu de doigté, Jack.
- Ouais, c'est ça.
Je frappai à la vitre du conducteur. Il prit tout son temps pour la baisser. Avec un petit sourire narquois sur les lèvres, le chauffeur demanda :
- Il y a le feu quelque part ?
- Descendez.
Avant qu'il ait le temps de réagir, un homme assis à l'arrière se pencha et demanda :
- Que se passe-t-il ?
Je le reconnus. Un politicien en vue. Je dis :
- Votre chauffeur conduisait comme un dingue.
Il demanda : - Savez-vous à qui vous parlez ?
- Oui. Au peigne-cul qui a niqué les infirmières.
Clancy essaya d'intervenir et il murmura :
- Bon Dieu, Jack, arrête.
Le politicien était descendu de voiture et il s'approchait de moi. Indigné au plus haut point, il braillait :
- Je vous ferai foutre dehors, espèce de blanc-bec impudent. Vous savez ce qui va se passer ?
Je répondis : - Je sais exactement ce qui va se passer.
Et je lui écrasai mon poing sur la gueule.

Posté par aproposdelivres à 20:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,