29 mai 2010

Chinoises - Xinran

Livre lu dans le cadre du logo_challenge_ABC- (19/26)

chinoises_ chinoises

Éditions Philippe Picquier – janvier 2003 – 336 pages

Philippe Picquier poche – janvier 2005 – 351 pages

Présentation de l'éditeur :
Un dicton chinois prétend que " dans chaque famille il y a un livre qu'il vaut mieux ne pas lire à haute voix ". Une femme a rompu le silence. Durant huit années, de 1989 à 1997, Xinran a présenté chaque nuit à la radio chinoise une émission au cours de laquelle elle invitait les femmes à parler d'elles-mêmes, sans tabou. Elle a rencontré des centaines d'entre elles. Avec compassion elle les a écoutées se raconter et lui confier leurs secrets enfouis au plus profond d'elles-mêmes.
Épouses de hauts dirigeants du Parti ou paysannes du fin fond de la Chine, elles disent leurs souffrances incroyables : mariages forcés, viols, familles décimées, pauvreté ou folie... Mais elles parlent aussi d'amour. Elles disent aussi comment, en dépit des épreuves, en dépit du chaos politique, elles chérissent et nourrissent ce qui leur reste.

Un livre bouleversant, " décapant, à lire de toute urgence pour voir l'importance du trajet que la femme chinoise a dû et doit encore accomplir " (Diane de Margerie, Le Figaro littéraire).

Auteur : Xinran est née à Pékin en 1958. En 1997, elle s'installe à Londres et se marie. Chinoises est son premier livre. Il paraît dans vingt pays, dont la Chine.

Mon avis : (lu en mai 2010)
J’ai déjà lu et beaucoup aimé les livres « Funérailles célestes » et « Baguettes chinoises » du même auteur. « Chinoises » est son premier livre. Ce livre n’est pas un roman, mais un livre de témoignages de femmes chinoises qui se sont livrées auprès de l’auteur lorsqu’elle animait une émission de radio la nuit. Xinran a écrit ce livre pour témoigner et contribuer à un changement. On découvre des conditions de vie effroyables de la femme chinoise lors de la Révolution culturelle.

J’ai été bouleversée par chacune de ces histoires marquantes sur la souffrance de femmes qui subissent des violences. Un livre magnifique où les histoires de chacune des femmes sont émouvantes et m'ont fait pleurer. En tant que femme, on réalise la chance que nous avons de vivre à notre époque dans un pays "privilégié" et que dans certains pays comme la Chine ce n'est pas simple d'être une femme...

Extrait : (page 17)

Personne ne m'a félicitée d'avoir sauvé cette jeune fille, par contre, j'ai eu droit à des critiques pour « avoir mis les troupes en branle et troublé l'ordre public » et avoir gaspillé le temps et l'argent de la station de radio. Ces reproches m'ont ébranlée. Une jeune fille s'était trouvée en danger et quand on allait à son secours, on vous accusait de « dilapider les deniers publics ». Que valait donc la vie d'une femme en Chine ?

Cette question a commencé à me hanter. La majeure partie des lettres que je recevais à la station de radio étaient écrites par des femmes. Leurs lettres étaient souvent anonymes, ou écrites sous un nom d'emprunt. Ce qu'elles me racontaient me surprenait et me choquait profondément. Je croyais connaître les Chinoises. A les lire, je me suis rendu compte à quel point je me trompais. Mes compatriotes menaient des vies et se débattaient avec des problèmes dont je n'avais pas la moindre idée.

Nombre des questions qu'elles posaient avaient trait à la sexualité. L'une d'elles voulait savoir pourquoi les battements de son cœur s'accéléraient quand il lui arrivait d'entrer accidentellement en contact avec le corps d'un homme dans le bus. Une autre demandait pourquoi elle se mettait à transpirer quand un homme lui touchait la main. Pendant trop longtemps, toute discussion ayant trait à la sexualité avait été interdite et tout contact physique entre un homme et une femme qui n'étaient pas mariés avait encouru la condamnation publique – avait été combattu, et même puni d'emprisonnement. Jusqu'aux « conversations sur l'oreiller » entre mari et femme qui pouvaient servir de preuves d'un comportement délinquant ; dans les querelles de famille, les gens menaçaient souvent de dénoncer leurs conjoints à la police pour s'y être adonnés. En conséquence de quoi, deux générations de Chinois avaient grandi en se défiant de leurs instincts naturels. Moi-même, j'étais si ignorante qu'à l'âge de vingt-deux ans j'avais refusé de donner la main à un professeur pendant que nous assistions à un feu d'artifice, de peur d'être enceinte. Ce que je connaissais de la conception, je le tenais d'un vers glané dans un livre : « Ils se tinrent la main au clair de lune... Au printemps, ils eurent un fils vigoureux. » Cela m'a donné envie d'en savoir plus sur les vies intimes des Chinoises et j'ai décidé de débuter mon enquête par l'étude de leur environnement culturel.

Livre lu dans le cadre du logo_challenge_ABC- (19/26)

Déjà lu du même auteur :

Baguettes_chinoise Baguettes chinoises    fun_railles_c_lestes1 Funérailles célestes

Posté par aproposdelivres à 09:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,