24 janvier 2010

Les petites sœurs - Valérie Saubade

les_petites_soeurs_ les_petites_soeurs

Anne Carrière – janvier 2002 – 394 pages

Pocket – janvier 2009 – 349 pages

Présentation de l'éditeur

" Sarah Debussy avait, ce jour-là, une foule de choses à faire avant de mettre fin à ses jours. Elle tenait à se suicider comme elle avait vécu. Avec efficacité. " Qui a poussé Sarah Debussy à finir consciencieusement sa boîte de somnifères ? Pour sa famille, peu importe : il est avant tout extrêmement indécent de mettre fin à ses jours quand on appartient à la bourgeoisie. D'autant que la petite effrontée, pourtant morte et enterrée, semble envoyer post-mortem des lettres sibyllines signées de sa main. Alors qu'on accuse la défunte de ne pas vouloir faire comme tout le monde, Agathe, sa nièce, décide de suivre ce jeu de pistes et les méandres du passé de cette famille pas comme les autres...

Auteur : Née en 1966, Valérie Saubade est journaliste à Bordeaux. Après le succès de son premier livre "Happy birthday grand-mère"(1999), ont suivi "Les petites sœurs"(2002) et "Marche arrière"(2009).

Mon avis : (lu en janvier 2010)

Ce livre nous raconte une histoire de famille. Cela commence par le suicide de Sarah Debussy jeune femme brillante de 38 ans aux États-Unis. Pourquoi ce suicide ? Le lecteur va vite découvrir la famille de Sarah qui vit en France dans une vaste propriété en province. Il y a Albert le père qui régente tout. Les deux sœurs, Béatrice mariée à Jean-Alain et mère de Julien 18 ans et Bernadette mariée à Pierre-Louis mère d'Agathe 20 ans. Après sa mort, Sarah envoie à sa nièce Agathe des messages qui va lui permettre peu à peu de découvrir les secrets de la famille : Qu'est devenue Rosalynd la femme d’Albert ? Pourquoi Sarah est-elle partie aux Etats-Unis depuis vingt-ans ?

Avec Agathe, le lecteur va de découvertes en rebondissements dans cette famille pas comme les autres. Les personnages sont attachants, mystérieux ou mauvais. J'ai été prise par l'intrigue de cette histoire critique et plein d'humour d'une famille bourgeoise qui détient de lourds secrets. Une lecture distrayante qui se lit d'une traite !

Extrait : (début du livre)

San Francisco, Californie (États-Unis), octobre 1996

Sarah Debussy avait, ce jour-là, une foule de choses à faire avant de mettre fin à ses jours. Elle tenait à se suicider comme elle avait vécu. Avec efficacité.

A trente-huit ans, elle se laissait aller, lorsqu'elle était ivre, à vanter sa réussite professionnel. Elle dirigeait, avec fermeté mais élégance, le département de littérature étrangère d'une grande maison d'édition américaine. Son immense bureau vitré donnait sur la baie de San Francisco. Ses collaborateurs louaient sa gentillesse et sa disponibilité et son supérieur hiérarchique, vaguement amoureux de sa silhouette longiligne, multipliait les réunions informelles pour le seul plaisir de monologuer tout en lorgnant ses jambes.

Lovée dans un fauteuil en cuir beige, Sarah jeta un regard aigu en direction du canapé qui lui faisait face. La femme de ménage, qui entretenait son luxueux duplex, avait laissé sur un coussin un poil noir et soyeux appartenant à Sam, le compagnon de Sarah. Sam et Sarah formait depuis huit ans un couple inséparable. Il n'avait pas sa pareil pour la réveiller en douceur le matin, elle lui prodiguait en retour chaque soir de langoureusement caresses. Elle se demanda ce qu'il allait devenir. Un miaulement autoritaire la tira de ses réflexions. Sam exigeait de sortir sur la terrasse afin d'y guetter les pigeons.

Après s'être étirée, elle ajusta ses lunettes et consulta de nouveau sa liste. « Je n'aurai jamais terminé à temps », pensa-t-elle, agacée. En moins de cinq heures, il lui fallait expédier quelques lettres et colis, confier le chat à la femme de ménage, ranger une dernière fois son bureau et détruire certains fichiers de son ordinateur, aller chez le coiffeur puis se rendre à l'institut de beauté pour une ultime épilation. Sarah ne supportait pas le moindre poil sur son corps.

Elle se redressa, rajusta d'un geste maniaque un pli de sa jupe en lin beige et plia consciencieusement la feuille qu'elle tenait. « Des préparatifs pour une noce noire », songea-t-elle en glissant la liste dans son sac à main Hermès.

Déjà lu du même auteur : happy_birthday "Happy birthday grand-mère"

Posté par aproposdelivres à 09:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :