12 janvier 2010

Le Beau Revoir – Guy de La Valdène

Livre lu dans le cadre du partenariat Blog-o-Book et Livre de Poche

Le_beau_revoir le_beau_revoir_p

Le Cherche-Midi - novembre 2003 – 241 pages

Livre de Poche – février 2008 – 318 pages

traduit de l’anglais (États-Unis) Marie-Christine Loiseau

Présentation de l'éditeur : Normandie, années 1960. Vincent, né de père inconnu, habite le château du comte de Costebelle, où sa mère est femme de chambre, son oncle garde-chasse. Les saisons s'écoulent dans une douce quiétude. Vincent passe une grande partie de son temps dans la forêt avec les braconniers, qui l'initient aux mystères de la nature. L'été de ses dix-neuf ans, alors que Nicole, la fille du Comte, revient au château, après quelques années passées à l'étranger, l'oncle de Vincent est sauvagement assassiné. À l'approche de la grande chasse à courre, les événements se précipitent, Vincent, animé d'un désir de vengeance, se lance à la poursuite des assassins de son oncle en compagnie d'un ami et découvre de terribles secrets trop longtemps enfouis, concernant sa famille et le village. Il fait ainsi connaissance avec le double visage de la nature humaine, capable de la plus grande cruauté comme de la plus belle des loyautés.

En termes de vénerie, le « beau revoir » désigne l'empreinte bien marquée du pied d'un animal sur le sol. Celle qui permet à la Mort de localiser sa proie. Dans ce roman envoûtant, qui dresse un pont entre le roman naturaliste français et « l'école du Michigan », Guy de La Valdène recrée à la perfection la vie de village, ses mystères et ses non-dits et offre une vision violente et charnelle des noces de l'homme avec la nature.

Auteur : D’origine française, Guy de la Valdène est né à New York. Il a passé ses jeunes années en Normandie puis dans un lycée en Suisse avant de rejoindre l’université de Cornell. Il partage aujourd’hui son temps entre la Floride et la Normandie, se consacrant à l’écriture et aux parties de chasse et de pêche en compagnie de ses amis, Jim Harrison et Thomas Mc Guane.

Mon avis : (lu en janvier 2010)

Cette lecture a été un vrai plaisir, l’auteur nous entraîne dans la nature normande au milieu des bois, au bord de la rivière avec une histoire simple et touchante.

Dans les années 1960, au village de Merlecourt se côtoient deux mondes : les paysans qui sont également chasseurs, souvent braconniers  et le château où vit le comte de Costebelle et sa famille. Vincent Lebuisson a été élevé au château du comte de Costebelle, sa mère y travaillait. Après la mort de cette dernière, il vivait et aidait son oncle Serge le garde-chasse de la propriété. A l’âge 15 ans, il rencontre Ragondin, braconnier et fils de braconnier qui va devenir son ami. Il a seulement 19 ans lorsque son oncle Serge est sauvagement assassiné. Aidé de Ragondin, Vincent va tout mettre en œuvre pour retrouver les meurtriers.

L’auteur nous décrit le monde paysan avec beaucoup de détails et de réalismes. C’est également un hymne à la nature à travers des descriptions pleines de poésie et de sensualité de la chasse, de la pêche ou d’une simple promenade au bord de la rivière ou dans les bois… A découvrir pour les amoureux de la nature !

Merci à Blog-O-Book et aux éditions du Livre de Poche pour cette belle découverte !

 

Extrait : (page 114)

La boîte à tabac ronde qui ne quittait jamais la poche de la chemise de Serge avait glissé entre les coussins du fauteuil dans lequel Vincent somnolait. Il l'ouvrit, l'arôme familier le prit à la gorge et il se mit à verser toutes les larmes qu'il avait refoulées depuis que François avait annoncé la tragédie. Le visage dans les mains, il sanglotait. Après un long moment, quand il eut versé tout le chagrin dont il était capable, il se redressa et reposa la tête contre le dossier du fauteuil, laissant le silence du moulin recueillir sa peine.

Avant de se coucher, il alla jusqu'au bord de l'Eure et tâta la température de l'eau avec sa main.  Une mince couche de brouillard en dissimulait la surface. Sans réfléchir, il se déshabilla et entra dans l'eau. Ses pieds s'enfoncèrent dans la vase avant d'atteindre la fermeté du fond du gravier. Il frissonna. La température de l'eau avait suivi le changement de saison.

Pendant des années, quand arrivait l'été, Vincent allait presque toutes les nuits se baigner nu dans la rivière. Peut-être parce qu'il était sourcier et prévoyait la pluie, il avait surmonté sa crainte des eaux sombres. Il faisait partie de la rivière au même titre que les poissons. Certaines nuits, quand la lune était pleine et que les chouettes chassaient à ras des champs, il ne sortait pas de l'eau avant le lever du soleil. Maintenant, même la vase qui au début le dégoûtait lui inspirait une excitation insolite. Un samedi soir, après le bal, il avait ôté ses vêtements, s'était allongé à plat ventre dans un remous, la poitrine posée sur l'herbe chaude de la rive, et avait fait l'amour à la vase. Le lendemain matin, il s'était réveillé affolé, persuadé que son membre allait pourrir et se détacher de son ventre.

La rivière glissait sur son corps et l'entraînait dans des lieux familiers. Il traversait des zones d'eau chaude, puis d'eau froide et sentait l'air pur et frais de la nuit sur son visage. Porté par le courant, il regardait le brouillard s'ouvrir devant lui et se refermer après son passage. Il se demanda si Nicole viendrait nager avec lui comme lorsqu'ils étaient enfants. Au-dessus de lui, les étoiles illuminaient le ciel.

Livre lu dans le cadre du partenariat logotwitter_bigger et logo

Posté par aproposdelivres à 20:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,