22 décembre 2009

Le Palais Japonais - José Mauro de Vasconcelos

le_palais_japonais_p1 le_palais_japonais_p

traduit de l'anglais par Cécile Tricoire

Hachette jeunesse – octobre 1999 – 118 pages

Hachette jeunesse – octobre 2002 – 121 pages

Quatrième de couverture :

A Sao Paulo, tout le monde connaît la place de la République. Mais le Palais japonais, lui, n'apparaît qu'à ceux qui le méritent... Pedro est un de ces heureux élus. Tandis qu'il s'approche de l'entrée, un enfant court à sa rencontre et l'appelle. Pedro comprend alors qu'il est attendu depuis longtemps. Le Palais va enfin pouvoir lui livrer ses secrets...

Auteur : José Mauro de Vasconcelos (26 février 1920 à Rio de Janeiro - 25 juillet 1984 à São Paulo) est un écrivain brésilien. Écrivain aux origines indiennes et portugaises, il est l'auteur de Mon bel oranger, Allons réveiller le soleil et Le Palais Japonais, inspiré de son enfance difficile et devenu un classique de la littérature enfantine, ainsi que d'une quinzaine de romans et de récits. Sportif et voyageur, il a pratiqué de nombreux métiers, notamment dans le monde du cinéma et de la télévision.

 

Mon avis : (lu en décembre 2009)

A l'origine, ce livre a été écrit en 1969, il emprunte sa forme au conte traditionnel, mais l'histoire se déroule au Brésil, à Sao Paulo en plein cœur de la modernité.

Pedro est un artiste peintre, triste et sans inspiration, il mène sa vie tant bien que mal jusqu'au jour où il fait une rencontre sur la place de la République à São Paulo qui va changer sa vie... il trouvera le chemin du Palais japonais, où il rencontrera le petit Prince, qui donnera du sens à sa vie et lui permettra de retrouver son inspiration.

Ce conte empreint à la fois de sagesse et de gravité nous entraine dans un monde magique et merveilleux. L'histoire est belle, pleine de poésie. J'ai été envahie par l'émotion en lisant ce livre qui aborde le thème de la mort avec beaucoup de délicatesse.

Extrait : (début du livre)

S'il pleuvait, il se recroquevillait un peu plus dans sa tristesse et n'avait plus envie de rien faire... On aurait dit que la paresse se collait à la pointe de chacun de ses doigts engourdis et que son âme était suspendue comme un hamac aux crochets de l'indifférence. Il restait des heures et des heures le visage derrière l'unique carreau de l'unique fenêtre de sa modeste chambre. Le visage collé contre la vitre à regarder la pluie se répandre en gouttelettes sur les feuilles du jardin abandonné. Il trouvait beau, dans son humble contemplation, qu'une même terre donne naissance à deux arbres différents. Et que des fleurs aussi voisines soient si différentes dans leur forme et leur couleur.

Si le jour devenait gris, chagrin et froid, il sortait de chez lui les mains dans les poches, le col de sa veste relevé cachant ses joues maigres. Ses cheveux lisses d'un blond cendré tombaient sur son front, encadrant ses traits fins, ses yeux presque bleutés. Il n'avait envie de rien. Il marchait au long des rues, se mêlait à la foule, pour s'y fondre comme s'il n'était plus rien, pour n'être plus rien. S'il avait de l'argent, il mangeait un peu mieux. S'il ne lui restait que quelques sous, il prenait un simple café au lait et deux tartines sans beurre, c'est ce qu'il y avait de moins cher. Ou encore il gardait l'estomac vide jusqu'à ce qu'il rencontre une personne de sa connaissance, un ami qui lui prête un peu d'argent. Sans rien demander, c'était plus sûr pour ne pas avoir à rembourser.

Pour la chambre de la pension, il avait parfois un peu de retard. Mais s'il lui arrivait de faire une bonne affaire, il payait plusieurs mois à l'avance. La propriétaire avait pitié de lui, comme d'un petit animal dans son cocon, qui ne dérangeait personne et souriait comme seuls les anges devaient sourire.

A l'atelier la chance le protégeait encore plus. Parce que M.Matias, le vieux Portugais, lui prédisait qu'un jour ou l'autre il serait un grand artiste et que ses tableaux vaudraient très cher. C'est pourquoi ça ne le gênait pas de recevoir un dessin ou un tableau en guise de loyer. « Un jour de plus, un jour de moins !... » Et pour sa gentillesse, il recevait en plus ce grand sourire qui illuminait le visage du jeune homme.

Mais aujourd'hui il faisait très beau. Le mois d'avril était arrivé avec son équilibre enchanteur. Roi de tout le bleu du ciel, apportant le premier baiser du froid. De quoi mettre un peu de courage au cœur. Comme ça, oui. L'envie lui revenait d'aller à l'atelier, de travailler un peu en sifflotant un air, toujours le même durant des heures, tant il était absorbé.

Il achevait de s'habiller et tentait de mettre ses cheveux en place en se peignant. Avant même d'arriver dans la rue, ils glisseraient de nouveau sur son front, pensant que là était leur vraie place. Il ouvrit la porte de la chambre et décida de sortir. Avant de la refermer, il jeta un coup d'oeil pour voir s' « ils » le suivaient.

« Ils », les fantômes de son enfance. Quand il emmenait derrière lui le petit train et la petite pirogue, c'était bien. Il marchait dans la rue, traversait au feu avec prudence pour qu'il n'arrive rien à ses petits fantômes imaginaires qui le suivaient en s'abritant à l'ombre de sa tendresse. Pedro était comme ça. Oui, comme ça.

Posté par aproposdelivres à 22:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,