lune_captive_dans_un_oeil_mort Zulma – janvier 2009 - 156 pages

Présentation de l'éditeur
Martial et Odette viennent d'emménager dans une résidence paradisiaque du sud de la France, loin de leur grise vie de banlieue. Les Conviviales offrent un atout majeur : protection absolue et sécurité garantie - pour seniors uniquement. Assez vite, les défaillances du gardiennage s'ajoutent à l'ennui de l'isolement. Les premiers voisins s'installent enfin. Le huis clos devient alors un shaker explosif : troubles obsessionnels, blessures secrètes, menaces fantasmées du monde extérieur. Jusqu'à ce que la lune, une nuit plus terrible que les autres, se reflète dans l'œil du gardien... Avec beaucoup d'humour et de finesse, malgré la noirceur du sujet, Pascal Garnier brosse le portrait d'une génération à qui l'on vend le bonheur comme une marchandise supplémentaire. Une fin de vie à l'épreuve d'un redoutable piège à rêves.

Biographie de l'auteur
La vie de Pascal Garnier est à elle seule toute une histoire. On retiendra qu'il est une figure originale du roman contemporain. Il a élu domicile dans un petit village en Ardèche où il peint, et écrit aussi pour la jeunesse. On ne s'étonnera pas qu'il ait reçu le Grand Prix de l'Humour noir (2006). Après l'A26, Comment va la douleur ? ou la Théorie du panda, Pascal Garnier confirme ici son talent dans l'investigation des travers contemporains. Son art du suspense et du scénario, comme la virtuosité diabolique dans le flegme qu'il tient du roman noir, font de lui un des maîtres actuels de la fable réaliste.

Mon avis : (lu en aout 2009)

C'est le premier livre que je lis cet auteur et je remercie ma bibliothèque préférée et son « Café lecture » pour m'avoir encouragé à lire ce livre. Je n'aime pas du tout la couverture de ce livre (le graphisme m'est très désagréable à regarder) par contre la police typographique est très sympathique. Le titre est également très énigmatique...

Nous voici dans un huis-clos au sein d'une résidence réservée aux 3ème âge. Un village idéal avec de jolis petites maisons toutes pareilles, des jardins parfais, un club-house, une piscine, un gardien pour la surveillance et une clôture sécurisant la résidence, bref le coin idéal pour passer sa retraite au soleil. Martial et Odette sont le premier couple à s'installer, ils attendent l'arrivée leurs premiers voisins (50 maisons composent le village), en effet ils sont seuls et regardent la pluie tomber sous la surveillance du gardien M.Flesh. Au printemps, un nouveau couple, Marlène et Maxime, très différents des premiers vont s'installer. Puis c'est l'arrivée de Léa, une femme seule. Au début l'entente est cordiale, mais bientôt les différents caractères et les petits secrets de chacun va rendre la cohabitation explosive. L'auteur nous livre une galerie des personnages d'un réalisme étonnant et à travers ce petit livre de 150 pages (trop court à mon goût !) une critique de notre société et des « paradis pour seniors». Cette lecture me donne très envie de découvrir d'autres livres de cet auteur !

Extrait : (début du livre)

LES CONVIVIALES,

L'EXPERT DES RÉSIDENCES SENIORS

Les Conviviales, c'est le nouveau concept de vie pour les retraités qui ont choisi de vivre une retraite active au soleil... En quelques mots, les Conviviales, c'est :

UNE RÉSIDENCE CLOTURÉE ET SÉCURISÉE

Aujourd'hui, le premier des conforts, c'est de se sentir bien protégé et en sécurité permanente. Le gardien-régisseur logé sur place à l'année veille à la tranquillité des résidents.

Martial compara la photo sur la couverture de la plaquette avec ce qu'il voyait par la fenêtre. Il pleuvait. Il pleuvait presque tous les jours depuis un mois. La pluie vernissait les tuiles romaines des pavillons rigoureusement identiques au crépi ocre qui tendaient devant eux leur petit tablier de pelouse vert cru, pareil à de la moquette synthétique. Des arbustes plantés comme des balais à intervalles réguliers ne produisaient en cette saison ni feuilles, ni fleurs, ni ombre. Tous les volets étaient clos. La cinquantaine de maisonnettes s'alignaient sagement de part et d'autre d'une large voie centrale d'où rayonnaient des allées de gravillons la reliant aux habitations. Vu d'avion, ça devait ressembler à une sorte d'arête de poisson.

DES MAISONS DÉDIÉES AU CONFORT

Les maisons de plain-pied permettent une accessibilité parfaite : terrasse, patio, cuisine fonctionnelle, salle de bains ergonomique, deux belles chambres...

A part quelques meubles de famille qui n'arrivaient toujours pas à trouver leur place, Odette avait profité de l'occasion pour renouveler le mobilier et, consciemment ou pas, son choix s'était porté sur des meubles qui ressemblaient étrangement à ceux de la maison témoin qu'ils avaient visitée quelques mois auparavant. Martial n'arrivait pas à s'y faire. Tout sentait le neuf, le plastique. D'accord, c'était pratique, tout fonctionnait, mais il avait l'impression de vivre à l'hôtel. (…)

UN CLUB-HOUSE

Le club-house de la résidence, véritable Pavillon des Loisirs, est un lieu de rencontres. Chacun aimera s'y retrouver pour discuter, jouer aux échecs, surfer sur Internet, disputer une partie de billard, prendre le thé, faire des crêpes... La secrétaire-animatrice organise dans la concertation et la bonne humeur des concours, des excursions, des sorties, des découvertes de sites, des soirées.

Pour l'heure, il était fermé et jamais ils n'avaient rencontré ni même entrevu la secrétaire-animatrice. Pour dire vrai, Martial n'y tenait pas plus que ça. Il redoutait même l'ouverture du club-house. Il n'avait aucune envie de faire des concours de crêpes avec des inconnus.

UNE PISCINE CHAUFFÉE AU SOLAIRE

Pour combiner santé et plaisir en s'offrant d'agréables moments de fraîcheur.

Elle était vide, la piscine. Quelques centimètres d'eau de pluie stagnaient au fond.

DU SOLEIL TOUTE L'ANNÉE

Toutes les résidences sont implantées dans le sud de la France afin de...

- Tu parles !