la_femme_en_vert Traduit de l’islandais par Eric Boury

Editions Métailié – mai 2007 - 272 pages

Points - janvier 2007 – 346 pages

Grand Prix des lectrices de Elle 2007, dans la catégorie policier.

Présentation de l'éditeur
Dans une banlieue de Reykjavik au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain. Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions. L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant. Une femme victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout. Un Indridason grand cru!

Biographie de l'auteur :
Né en Islande en 1961, journaliste et critique de cinéma, Arnaldur Indridason est l'auteur de romans noirs, dont La Cité des Jarres, égaiement en Points. 

Mon avis : (lu en mai 2008)

C'est le premier livre de cet auteur que je lisais. Le commissaire Erlendur et son équipe d'enquêteurs sont attachants. L'intrigue est palpitante, on suit l'enquête d'Erlendur mais également en parallèle on découvre l'histoire d'une famille ayant vécu là où ont été retrouvé le squelette à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

On navigue entre le passé et le présent. Le commissaire Erlendur est également confronté à ses soucis familiaux (sa fille est droguée, enceinte et plongée dans le coma). Jusqu'à la fin l'intrigue nous tient en haleine. C'est un très bon roman policier sur le drame de l'enfance et de la violence conjugale.